[Enquête] Les musiciens de la Métro Academy

musiciens-metro

ENQUÊTE. Des centaines de musiciens font danser les couloirs du métro parisien chaque jour. Mais pour pouvoir jouer, ils ont dû batailler. Car c’est toute une organisation qui se cache derrière.

Depuis 1997, la RATP a crée l’Espace Métro Accords, (EMA), une structure dédiée aux musiciens du métro. Le but est double : réguler une population de musiciens qui a toujours été là mais aussi « rendre l’expérience des transports plus agréable et y amener de la qualité artistique » explique Antoine Naso, le directeur artistique de la RATP. Car ils sélectionnent avec soin les musiciens qui joueront dans les couloirs du métro.

La RATP a son label

Après une première sélection par courrier, des castings sont organisés au printemps et à l’automne. Les musiciens ont deux morceaux pour se démarquer devant le jury composé de voyageurs sélectionnés sur la page Facebook dédiée et d’agents de la RATP motivés. Mais en réalité, le dernier mot revient aux responsables de l’organisation. « Le jury donne son ressenti et les responsables des Musiciens du métro choisissent les groupes en fonction de leur prestation et du touché qu’a l’artiste avec son instrument » explique Samuel Dupont, un ancien membre du jury.

Sur les 2000 candidats, seuls 300 obtiendront des accréditations d’une durée de six mois renouvelables ainsi qu’un badge nominatif présentant la mention « Musiciens du métro ». Ils devront, normalement, le porter sur eux à chaque représentation pour ne pas faire se faire interrompre inutilement par des agents de sécurité. Après, libre à eux de choisir leur scène, tant qu’elle ne se trouve pas sur les quais ou dans les rames de métro.

Une musique variée

Musique rock d’un côté, musique classique d’un autre, musique tzigane dans une autre station et jazz ailleurs… Les styles de musique qui accompagnent les parisiens dans les couloirs du métro sont très variés. La RATP tient à la parité des cultures et la sélection des musiciens se fait alors en fonction. Stella Sainson, chargée de communication des Musiciens du métro précise :

Le jury veille en particulier à la diversité des styles, des rythmes et des cultures pour offrir une sélection riche, à l’image des voyageurs

Et c’est d’ailleurs l’un des premiers critères, car avant de passer les auditions, une pré-sélection est effectuée par courrier. Les musiciens doivent fournir une lettre de motivation et préciser leur style musical. Ensuite, entre en compte d’autres critères tels que la motivation des musiciens, la qualité artistique et l’originalité.

Le métro parisien, la nouvelle scène alternative à surveiller ?

Alors que les candidatures ne cessent de croître d’années en années, qu’est-ce que le métro a donc à leur offrir ? Pour beaucoup d’artistes, ce tremplin sert davantage leur visibilité que leur compte en banque même si leurs chapeaux ou valises ouvertes se remplissent durant leur journée de travail. Vivant en situation précaires pour la plupart, ils espèrent être repérés par quelque chasseur de talents, puis signer un premier contrat, un premier album, avoir leurs fans, bref réussir.

Et les efforts paient puisque des artistes comme Keziah Jones, William Baldé, Lââm, Zaz, Soan, Emji ou encore Irma sont désormais sur toutes les scènes des festivals français.

 

Publicités